Facebook : « j'aime pas »

, révisée le

L'action de Facebook a plongé dans les semaines qui ont suivi l'annonce parle témoignage du Canadien Chris Wylie qui a dénoncé l'utilisation frauduleuse des renseignements personnels de dizaines de millions d'usagers du réseau social par la société Cambridge Analytica. L'expression #DeleteFacebook était tendance sur Twitter, les actionnaires entament des procédures judiciaires et les autorités américaines et britanniques ont interroger M. Zuckerberg.

Nous détenons des titres Facebook dans trois de nos fonds.

À ce stade, l'équipe des Services ESG entreprend trois séries d’actions pour contribuer à atténuer les risques inhérents à Facebook ainsi qu'à d'autres sociétés du secteur des technologies de l'information et d'Internet.

  • Premièrement, nous avons lancé une enquête formelle et approfondie portant sur la capacité de Facebook à s'affranchir des normes d'éthique entourant la protection des renseignements personnels et surtout à évaluer l'impact de son modèle d'affaires sur la société dans son ensemble.

  • Deuxièmement, nous réfléchissons avec d'autres investisseurs responsables aux façons d'améliorer le droit au respect de la confidentialité sur Internet. Le classement 2018 des droits numériques des sociétés de télécommunications et de TI a publié en avril et les Services ESG ont participent au lancement.

  • Troisièmement, nous animons actuellement des dialogues avec plusieurs sociétés, notamment Amazon et Verizon sur la cyber sécurité et les pratiques responsables à l'égard des données. Nous traitons également les questions de responsabilité fiscale dans le cadre de dialogues de premier plan avec Alphabet (Google) et Apple.

Je dois également signaler que j'ai participé à titre personnel à une étude qui expliquait tout ce que Facebook savait sur vous, dès l'instant où vous lui donniez une seule fois l’accès à vos renseignements. Même si certains d'entre nous acceptent de transmettre tous les jours des renseignements personnels pour faciliter leurs communications numériques et peuvent parfois manquer de jugement à ce titre, les experts estiment que renvoyer la faute aux utilisateurs traduit un raisonnement simpliste. Il est impossible pour les utilisateurs de savoir exactement les conséquences auxquels ils s'exposent en cliquant simplement sur un bouton « j'aime ». En revanche, les sociétés devraient les connaître ou en tout cas essayer. En tant que consommateurs et investisseurs, il est temps que nous reprenions contrôle sur ces sociétés et parvenions à les influencer pour qu'elles respectent des pratiques responsables à l'égard des données.

Révisée le 30 mai 2018
L'assemblée annuelle des actionnaires de Facebook est le 31 mai 2018. Nous avons voté contre tous les membres du conseil, y compris le président Mark Zuckerberg, parce que nous estimons que le conseil a manqué à son devoir de surveillance des risques y compris la confidentialité des données. Nous avons également soutenu des propositions d'actionnaires sur le vote déposées par des collègues investisseurs responsables, appelant à un comité du comité de gestion des risques, un rapport sur la gouvernance mondiale du contenu, une présidence indépendante et le démantèlement de la structure à deux classes de Facebook.